adolescente boulimiqueLa boulimie se caractérise par des épisodes récurrents de frénésie alimentaire et de purges. Autrement dit, les personnes boulimiques mangent une quantité de nourriture supérieure à celle que la plupart des gens mangeraient dans un laps de temps comparable dans des circonstances similaires. Les personnes boulimiques ont l’impression qu’elles ne peuvent pas s’arrêter de manger et n’ont aucun contrôle. Ensuite, elles vomissent, prennent des laxatifs, des diurétiques ou d’autres médicaments, jeûnent ou font trop d’exercice pour éviter de prendre du poids.

La boulimie peut entraîner des complications médicales graves et potentiellement mortelles, telles qu’un déséquilibre électrolytique, des problèmes cardiaques (des battements irréguliers du cœur à l’insuffisance cardiaque), des caries dentaires, des maladies des gencives, un reflux gastro-œsophagien et des problèmes digestifs.

La boulimie est également souvent associée à des troubles dépressifs et à des troubles anxieux. Elle peut également s’accompagner de troubles liés à la consommation de substances et de troubles de la personnalité. Et le risque de suicide est élevé.

Toutefois, même si la boulimie est une maladie grave, elle peut être traitée avec succès et les personnes concernées se rétablissent complètement. Le traitement de choix pour les enfants et les adultes est la psychothérapie. Les médicaments peuvent être utiles, mais ne doivent jamais être proposés comme seule intervention. Bien qu’un traitement ambulatoire soit généralement préférable, certaines personnes boulimiques peuvent avoir besoin d’interventions plus intensives.

Psychothérapie

La psychothérapie est la base du traitement de la boulimie. Pour les enfants et les adolescents boulimiques, les directives et les recherches sur le traitement des troubles alimentaires recommandent d’utiliser un traitement familial pour la boulimie des adolescents. Ce traitement comprend généralement 18 à 20 séances sur une période de 6 mois. Dans le cas de la boulimie des adolescents, les parents jouent un rôle important dans le traitement. Le thérapeute aide les parents et l’enfant à établir une relation de collaboration afin de créer des habitudes alimentaires régulières et de réduire le comportement compensatoire. Dans les phases ultérieures du dépistage, le thérapeute et les parents aident l’enfant à acquérir une plus grande indépendance, le cas échéant. Dans la phase finale, le thérapeute se concentre sur les préoccupations des parents ou de l’enfant concernant la fin du traitement, ainsi que sur l’élaboration d’un plan de prévention des rechutes.

Si la thérapie familiale n’est pas utile ou si les parents ne veulent pas jouer un rôle aussi important dans le traitement, l’étape suivante peut être une thérapie communautaire individuelle, spécifiquement adaptée aux troubles alimentaires des adolescents. Ce type de thérapie comportementale cognitive se concentre sur la réduction des régimes alimentaires, ainsi que sur la modification des comportements et des pensées désordonnés liés au poids et à la forme. Le traitement se concentre également sur les problèmes de développement et comprend plusieurs séances avec les parents.

Pour les adultes, selon la plupart des directives de traitement des troubles alimentaires et les dernières recherches, la thérapie cognitivo-comportementale améliorée est la meilleure preuve de boulimie. La thérapie cognitive et comportementale améliorée est considérée comme le traitement de première ligne et, selon les études, elle est plus efficace que les autres traitements.

La thérapie cognitive et comportementale améliorée consiste généralement en 20 séances sur 20 semaines, les premières séances étant généralement deux fois par semaine. Il s’agit d’une thérapie très individualisée, ce qui signifie que le thérapeute crée un traitement spécifique pour chaque personne, en fonction de ses symptômes. La thérapie cognitive et comportementale comporte quatre étapes : Au cours de la première étape, le thérapeute et le client comprennent la boulimie, stabilisent leur alimentation et s’attaquent aux problèmes de poids.

Au cours de la deuxième étape, le thérapeute se concentre sur le “bilan”, c’est-à-dire sur l’examen des progrès réalisés et sur l’élaboration de traitement pour la prochaine étape. Au cours de la troisième étape, le thérapeute se concentre sur les processus qui entretiennent la maladie, ce qui implique généralement d’éliminer le régime alimentaire, de réduire les préoccupations concernant la forme et l’alimentation, et de gérer les événements et les humeurs de la vie quotidienne. Au cours de la dernière étape, le thérapeute et le client s’efforcent de surmonter les revers et de maintenir les changements positifs qu’ils ont apportés.

La plupart des directives de traitement recommandent également la thérapie interpersonnelle comme alternative à la thérapie cognitive. Les recherches qui ont comparé la thérapie cognitive à la thérapie interpersonnelle ont montré que la thérapie cognitive a tendance à agir plus rapidement, mais que la thérapie interpersonnelle rattrape le retard et entraîne une amélioration substantielle et des effets durables.

La thérapie intensive est basée sur l’idée que les problèmes interpersonnels provoquent une faible estime de soi, une humeur négative et de l’anxiété, ce qui pousse les individus à se gaver et à s’engager dans d’autres symptômes de troubles alimentaires. Cela devient un cycle sans fin, car les comportements liés aux troubles alimentaires peuvent fracturer davantage les relations et les interactions sociales, et déclencher des symptômes. La thérapie intensive dure environ 6 à 20 séances et comporte trois phases.

En outre, il existe d’autres traitements qui semblent prometteurs pour la boulimie. Par exemple, la thérapie comportementale dialectique a été développée à l’origine pour traiter le trouble de la personnalité limite et les individus chroniquement suicidaires. Dans son adaptation aux troubles alimentaires, la thérapie comportementale dialectique se concentre sur l’élimination des crises de boulimie et des purges, et sur la création d’une vie plus satisfaisante. Elle enseigne aux individus des compétences de régulation émotionnelle saine et une approche équilibrée de l’alimentation, entre autres.

Une autre intervention prometteuse est la thérapie cognitivo-affective intégrative, qui comprend 21 séances et sept cibles principales. Par exemple, les personnes souffrant de boulimie apprennent à reconnaître et à tolérer différents états émotionnels, à adopter une routine alimentaire régulière, à résoudre des problèmes et à adopter des comportements d’apaisement lorsqu’elles risquent d’adopter des comportements désordonnés, à cultiver l’acceptation de soi et à gérer les pulsions et les comportements liés aux troubles alimentaires après le traitement.

Hospitalisation et autres interventions

Le traitement ambulatoire est le traitement de première ligne. Toutefois, si le traitement ambulatoire ne fonctionne pas, si la personne est suicidaire, si les comportements liés aux troubles alimentaires se sont aggravés ou si des complications médicales sont présentes, des interventions plus intensives peuvent être nécessaires.

Il existe différentes options pour les interventions intensives, et la décision doit être prise au cas par cas. En général, l’intervention spécifique dépend de la gravité, de l’état de santé, de la motivation du traitement, des antécédents de traitement, des affections concomitantes et de la couverture d’assurance.

Pour certaines personnes boulimiques, le séjour dans un centre de traitement résidentiel des troubles alimentaires peut être le bon choix. Ces établissements comprennent généralement un large éventail de spécialistes – psychologues, médecins et nutritionnistes – et de traitements – thérapie individuelle, thérapie de groupe et thérapie familiale. Les personnes séjournent au centre 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 et prennent des repas sous surveillance.

Lorsqu’une personne boulimique est gravement malade ou a d’autres problèmes médicaux graves, une brève hospitalisation peut être nécessaire pour l’aider à se stabiliser. Si possible, il est préférable de séjourner dans une unité spécialisée dans le traitement des troubles alimentaires.

Lorsque cela est jugé sûr, la personne commence à suivre un traitement ambulatoire. Il peut s’agir d’une hospitalisation partielle ou d’un traitement ambulatoire intensif. L’hospitalisation partielle peut être appropriée pour les personnes qui sont médicalement stables mais qui ont encore besoin de structure et de soutien pour ne pas s’engager dans un comportement de trouble alimentaire. En règle générale, cela signifie qu’il faut se rendre dans un centre de traitement des troubles alimentaires 6 à 10 heures par jour, 3 à 7 jours par semaine, suivre diverses thérapies, telles que des thérapies individuelles et de groupe, et y prendre la plupart de ses repas, mais dormir à la maison. Les personnes souffrant de troubles alimentaires doivent suivre un programme de traitement, qui comprend également diverses thérapies, pendant plusieurs heures par jour, 3 à 5 jours par semaine, et y prendre un repas.

Stratégies d’auto-assistance

Apprenez à gérer efficacement vos émotions. Ne pas être capable de s’asseoir avec des émotions inconfortables peut conduire à un comportement de trouble alimentaire. Heureusement, le traitement des émotions est une compétence que tout le monde peut apprendre, pratiquer et maîtriser. Vous pouvez commencer par lire quelques articles (par exemple, comment s’asseoir avec des émotions douloureuses) ou des livres sur les émotions.

Surveillez vos médias. Bien que les médias ne provoquent pas de troubles alimentaires, ils peuvent compliquer la guérison et renforcer votre désir de suivre un régime et de perdre du poids. Faites attention aux personnes que vous suivez sur les médias sociaux, aux émissions que vous regardez, aux magazines que vous lisez et aux autres types d’informations que vous consommez. Ne suivez pas les personnes qui font la promotion de désintoxications, de régimes, de “plans de repas” et qui, en général, glorifient l’apparence d’une certaine manière. Suivez plutôt les personnes qui adoptent une approche anti-diète et qui sont partisanes de la santé à tous les niveaux.

Pour ce faire, vous pouvez nous appeler dès maintenant afin que nous puissions vous orienter vers le praticien de votre choix. Mais vous pouvez également, si vous le souhaitez, remplir le formulaire de contact. Ainsi, nous serons en mesure de vous contacter pour répondre à vos interrogations et vous aider à fixer un rendez-vous auprès du professionnel de la santé mentale qui vous convient.

Menu