stealingLa cleptomanie est un état caractérisé par une envie irrésistible de voler. Les gens volent des objets dont ils n’ont pas besoin, qu’ils pourraient se permettre d’acheter ou qui n’ont que peu ou pas de valeur monétaire. Les personnes atteintes de kleptomanie ressentent une tension qui est soulagée en commettant le vol.

La cleptomanie apparaît souvent à l’adolescence et plus souvent chez les femmes que chez les hommes. Comme le vol est illégal, ce trouble peut entraîner des conséquences juridiques importantes.

Les personnes atteintes de kleptomanie peuvent être arrêtées, jugées et incarcérées en raison de leurs symptômes. Une étude sur des patients cliniques a révélé que plus de 68 % des personnes atteintes de cleptomanie avaient été arrêtées pour vol. Un peu plus de 20 % de ces patients avaient été condamnés et incarcérés pour leurs crimes.

Signes et symptômes

La cleptomanie se caractérise par une incapacité répétée à résister à l’envie de voler. Les personnes atteintes de cette affection ressentent une accumulation de tension avant le vol et, par conséquent, un relâchement de l’anxiété et de la tension au moment de commettre un vol. Le vol entraîne des sentiments de satisfaction, de soulagement et même de plaisir.

Si le vol peut soulager la tension que la personne éprouvait, elle peut se retrouver avec des sentiments de culpabilité et de remords après le crime. Les sentiments de honte, d’auto-récriminations et de remords sont assez fréquents après un vol.4

Il est important de noter que la kleptomanie n’implique pas un vol à des fins personnelles. Les personnes atteintes de cette maladie ne volent pas des objets sur la base d’une incitation financière ou parce qu’elles convoitent les objets qu’elles prennent. Ces vols ne sont pas non plus liés au fait de ne pas avoir les moyens de s’offrir les objets en question. Dans de nombreux cas, les articles eux-mêmes peuvent n’avoir qu’une valeur monétaire faible ou nulle.

Parfois, une personne atteinte de kleptomanie les range quelque part, souvent sans jamais les regarder ni les utiliser. D’autres peuvent se débarrasser des objets volés en les donnant à leurs amis et à leur famille ou même en les ramenant à l’endroit où ils ont été pris.

Les épisodes de vol ne nécessitent généralement pas une planification élaborée et se produisent souvent spontanément. Les personnes atteintes peuvent se trouver dans un lieu public tel qu’un centre commercial ou un supermarché lorsque l’envie de voler se fait sentir. L’intensité de ces pulsions peut varier. Les personnes atteintes de cette maladie peuvent éviter de commettre des vols lorsque la probabilité que leur vol à l’étalage soit détecté est élevée, par exemple lorsque le personnel du magasin ou les forces de l’ordre se trouvent à proximité.

Qu’est-ce que cela pourrait être d’autre ?

La cleptomanie se distingue du vol à l’étalage normal parce que les voleurs à l’étalage planifient généralement leurs vols et adoptent ce comportement pour acquérir les articles qu’ils désirent mais qu’ils ne peuvent pas se permettre. Les personnes atteintes de kleptomanie, en revanche, volent spontanément afin de soulager la tension qui continue de s’accumuler si elles n’agissent pas.

La cleptomanie peut se manifester seule, mais elle apparaît souvent en même temps que d’autres affections. Les personnes atteintes de cette affection peuvent être sujettes à la consommation de substances et à l’anxiété, ainsi qu’à d’autres troubles associés au contrôle des impulsions.

  • Trouble de panique
  • Trouble d’anxiété de séparation
  • Trouble dysmophique du corps
  • Troubles obsessionnels compulsifs
  • Autres troubles du contrôle des impulsions

Il a également été démontré que ce trouble est associé à la consommation de substances et d’alcool. Certains experts suggèrent qu’il pourrait y avoir un lien génétique commun entre les troubles liés à la consommation de substances et la cleptomanie7.

Des recherches ont également montré que 73 % des personnes atteintes de cleptomanie reçoivent également un diagnostic de trouble affectif à un moment donné de leur vie6. Des études suggèrent également des taux de comorbidité aussi élevés avec d’autres troubles psychiatriques, notamment les troubles anxieux, les troubles bipolaires et les troubles alimentaires.

Pour diagnostiquer la cleptomanie, il faut d’abord établir que les symptômes ne peuvent pas être mieux expliqués par une autre affection psychiatrique telle que le trouble de conduite ou le trouble de la personnalité antisociale.

Menu