Les parents apprennent à leurs enfants à être craintifs et prudents face à des dangers spécifiques, comme le feu ou le fait de traverser la route. Dans ces cas, l’anxiété peut être utile, car elle aide à protéger l’enfant contre le danger. Cependant, les enfants peuvent avoir peur de situations ou d’objets que les adultes ne trouvent pas menaçants.

Les sources de la peur peuvent changer à mesure que l’enfant grandit. Par exemple, la peur du noir ou des monstres sous le lit peut céder la place à la peur du cambriolage ou de la violence. Les tactiques qui ne fonctionnent pas consistent à taquiner l’enfant parce qu’il a peur ou à le forcer à affronter des situations effrayantes.

Aidez votre enfant à gérer sa peur en prenant ses sentiments au sérieux, en l’encourageant à parler de ses angoisses, en lui expliquant les faits et en lui donnant l’occasion d’affronter ses peurs à son propre rythme et avec votre soutien.

L’enfant craintif

Certains enfants sont plus craintifs que d’autres. Les facteurs contributifs peuvent être les suivants:

une prédisposition génétique – certains enfants sont généralement plus sensibles et plus émotifs dans leur tempérament
Au moins un parent anxieux – les enfants apprennent à se comporter en observant leurs parents.
Un parent surprotecteur – un enfant dépendant est plus susceptible de se sentir impuissant, ce qui peut entraîner une anxiété généralisée.
des événements stressants, comme la séparation des parents, une blessure ou un séjour à l’hôpital.

Peurs courantes des bébés

Lorsqu’un bébé a atteint l’âge de six ou sept mois, il s’est fortement attaché à ses parents ou aux personnes qui s’occupent de lui. La séparation de ses “êtres chers”, même pour de courtes périodes, peut provoquer une anxiété considérable et de nombreux pleurs. De même, de nombreux bébés préfèrent tellement la compagnie exclusive de leurs proches qu’ils ont peur des étrangers pendant un certain temps. Les bébés sortent de cette phase avec le temps.

Voici quelques suggestions pour aider votre bébé à surmonter l’angoisse de la séparation et la peur des inconnus :

Dans la mesure du possible à la maison, si votre bébé s’énerve lorsque vous partez, emmenez-le avec vous d’une pièce à l’autre ou parlez-lui lorsque vous êtes hors de vue.
Dites à votre bébé quand vous quittez la pièce (ou que vous sortez) et annoncez votre arrivée quand vous revenez. Cela l’aidera à vous faire confiance.
Permettez à votre bébé de faire connaissance avec de nouvelles personnes en restant sur vos genoux. Faites-lui voir que vous savez que la nouvelle personne va bien.
Si votre bébé est anxieux, rassurez-le par une expression calme et confiante.
Si vous le laissez pleurer, son anxiété ne fera qu’empirer.

Peurs courantes des tout-petits

Les enfants âgés de deux à trois ans commencent tout juste à apprendre à gérer leurs émotions fortes, comme la colère. Une crainte courante chez les tout-petits est d’être submergés par des émotions fortes.

Les tout-petits ont une compréhension limitée de la taille et peuvent développer des peurs apparemment irrationnelles, comme celle de tomber dans le trou de la chasse d’eau ou dans les toilettes.

Voici quelques suggestions pour aider votre tout-petit :

Encouragez votre enfant à parler de ses peurs et de ses angoisses.
Appréciez que des peurs comme celle de tomber dans la bouche d’égout soient authentiques pour l’enfant, car les jeunes enfants ne comprennent pas encore la taille et l’espace.
Ne forcez pas l’enfant à affronter l’objet de sa peur, car cela pourrait aggraver la situation. Aidez-le à s’y habituer lentement.
Acceptez le fait que vous devrez peut-être aider votre enfant à éviter l’objet de sa peur pendant un certain temps.

Peurs courantes des enfants en âge de fréquenter l’école primaire

Au fur et à mesure qu’un enfant apprend à connaître le monde, la liste des choses qu’il craint tend à s’allonger. Certaines peurs sont réelles, d’autres imaginaires. Parmi les peurs courantes, citons la peur du noir, du cambriolage, de la guerre, de la mort, de la séparation ou du divorce de leurs parents, et des êtres surnaturels (tels que les fantômes et les monstres).

Voici quelques suggestions pour aider votre enfant :

Faites savoir à votre enfant que vous prenez ses peurs au sérieux.
Donnez à votre enfant des informations véridiques sur des sujets tels que la mort ou la guerre, et faites-lui savoir que vous êtes prêt à répondre à ses questions.
Encouragez votre enfant à confronter l’objet de sa peur, comme les chiens, une étape à la fois, à son propre rythme. Par exemple, commencez par des images, puis essayez un tout petit chien doux et attaché, de sorte que l’enfant décide de s’approcher de lui.
Laissez à votre enfant un certain contrôle. Par exemple, s’il a peur des intrus, faites de la fermeture et du verrouillage de la fenêtre de sa chambre une de ses responsabilités nocturnes.
Les routines et rituels quotidiens donnent à l’enfant un sentiment de stabilité et de sécurité, et peuvent atténuer l’anxiété générale.

Menu